mercredi 7 janvier 2009

L'opinion d'autre truie

Il me semble que l'un des conseils les plus galvaudés et surutilisés qui soient consiste en une recommandation viscérale à ignorer promptement l'opinion d'autrui. "Ce que les autres pensent, on s'en fout, fis toi pas à ça" de proclamer diligemment la masse grouillante. Parfois j'ai l'impression qu'il s'agit là d'un commandement universel, d'une vérité de La Palice à appliquer sans faute.

Et pourtant, dernièrement, on m'a reproché à deux ou trois reprises de me foutre de ce que les autres pensaient, chose qui semblait désormais faire figure d'ultime péché. Or, je suis à des années lumières de me moquer du jugement impartial de mes contemporains. Solo de paradoxes.

Je suis d'avis qu'il relève tout simplement de l'impossible de se ficher entièrement des avis extérieures. Inévitablement, on reçoit de l'information qu'on gère chacun à notre façon. Assurément, une attention est portée au jugement d'autrui. Maintenant, ce qui varie d'une personne à l'autre, c'est la propension à faire abstraction des côtés déplaisants, c'est combien on modifie son comportement pour s'adapter aux autres pour obtenir leur assentiment.

Il demeure que le fait me semble être que cette phrase contient beaucoup trop de verbes d'état. Le fait est aussi qu'il m'apparaît naturel que chacun recherche l'appréciation de son entourage, désire obtenir jugement positif. C'est donc dire que lorsque l'opinion extérieure est positive, elle est assurément à accueillir à bras ouvert, il n'y a là que du positif. Pourquoi vouloir s'en foutre? Masochisme quand tu nous tiens.

Il faudrait bien plus favoriser la minimalisation des critiques qui sombrent dans le négatif sans tremper dans le constructif. Car en effet, il serait une fois de plus ridicule de vouloir rejeter en bloc toute opinion négative. Probable qu'en opinion négative réside bien plus de sagesse qu'on veuille le voir.

Tout ça m'apparaît froide logique or combien de gens peuvent affirmer appliquer ce processus couramment? Trop peu.

On essaie plutôt de modifier sa nature, altérer son image pour se camoufler dans ce qu'on croit être le paysage ambiant. Aussi, on gaspille tellement de temps à tenter de convaincre les autres que nous sommes bons, que nous sommes honnêtes. Combien de fois par le passé j'ai gaspillé kilojoules à tenter de convaincre quelqu'un que je disais la vérité ou que mon opinion était valable alors qu'au final, si on est persuadé soi-même de la véracité ou du bien fondé de nos propos, on devrait n'avoir rien à cirer de l'opinion à ce niveau de son interlocuteur. C'est sans doute la partie la plus difficile. Pour ma part, j'ai l'impression d'y arriver de plus en plus, les seuls débats que j'ai depuis quelques mois en étant d'idées intéressantes ou de divertissement ludique afin d'interpeller la stupidité crasse et voir son tordu développement. Il n'en fut vraiment pas toujours ainsi.

Pour le reste, la clé réside encore et toujours dans la confiance et le relativisme. On en vient vite à réaliser que dans la plus qu'énorme majorité des cas, l'opinion d'autre truie est d'une insignifiance profonde. Et la vie devient alors si ensoleillée et ludique, il y a tellement de plaisir à extirper lorsqu'on analyse les pensées que les autres ont de soi lorsqu'on a le détachement pour le faire joyeusement. Il s'agit là d'un des grands plaisirs de ma vie, je vous le souhaite.

Car au fond, la vie repose sur une dose certaine d'égocentrisme. Pourquoi ne pas appliquer cet égocentrisme à son identité, la chérir et ne pas l'altérer inutilement.

Et si ce texte vous semble confus et clair comme la peau de Michèle Richard, et bien je m'en fous.

11 commentaires:

garamond335 a dit…

J'ai besoin de l'opinion des autres quand je ne me suis pas encore fait d'opinion sur tel ou tel sujet. Je vais écouter untel ou unetelle, je vais aller lire tel ou tel commentateur, un journal, parfois deux; je vais interroger pour compléter mes connaissances sur le sujet encore flou dans mon esprit.
Mais quand mon idée a pris forme, et que je vois que d'autres pensent comme moi, alors je vais être imperméable aux arguments de Pierre, Jean ou Jacques qui essaient de me faire changer d'idée. Je ne suis pas du genre «girouette»...

Le chômeur a dit…

Moi, j,ai tellement vu de gens souffrir de l'opinion des autres (ma mère en est un bon exemple), que je me suis développé un moto, une ligne de conduite qui dicte toutes mes actions à l'égard de ce que les autres peuvent penser - mais non au détriment de ces autres.

Ce moto, cette devise c'est: "Qu'ils aillent tous chier!"

T'aimes pas mon mode de vie? Va chier pis côtoie-moi pas.

Tu trouves que j'pas assez chic dans les partys de Noël? Va chier pis va t'acheter du linge chez Hugo Boss.

Tu trouves que d'avoir étudier en lettres c'est de la marde? Va chier, parce qu'au moins, moi j'capable de tenir une discussion soutenue, même si j'ai pas une BMW.

Tu es ma tante, ta fille a presque gagné Star Académie et tu te prends la tête comme si c'était toi qui avais gagné et tu renies ta famille parce que nous, on ne se fait pas photographier sur front page du 7 Jours? Va Chier!


Voilà


Ceci dit... j'ai bien aimé ta phrase sur les verbes d'états, ça, c'est mon genre d'humour et pour ça, j't'envoie chier, parce que j'aurais aimé la pondre, celle-là.

;)

Pinocchio a dit…

J'ai encore aujourd'hui l'impression que je peux changer le monde en raisonnant les gens avec des arguments béton.

Le fait est que personne n'accepte d'avaler facilement. Méfiance, méfiance, houuuuuuu!

Est-ce qu'on peut, syoupla, s'adonner à des échanges civilisés où le but n'est pas de convaincre l'autre à tout prix, mais bien de déceler la faille dans notre propre argumentation?

Pis dire: "je l'sais pas, j'suis pas sûr", est-ce que c'est si difficile?

Construisons un monde un monde constructif, it all starts now.

Le Tapageur Silencieux a dit…

@garamond: Je pense que c'est un bon processus de s'informer avant de se forger une opinion mais je pense qu'elle ne devrait jamais être définitive, c'est la voie la plus rapide vers le dogme sinon. Mais je parlais surtout de l'opinion que les gens ont de nous-même.

@chômeur: Je pense qu'il y a pas mal de bien dans cette attitude. Au fond, c'est de diminuer au maximum l'importance qu'on accorde à l'opinion négative d'autrui. Faut juste pas se mettre à juger les autres de façon négative parce qu'ils le font avec nous, juste rester neutre et faire abstraction. Pour ce qui est des verbes d'état, je prends le compliment, je fais abstraction du va chier, comme un grand garçon.

@Pinocchio: J'ai une partie de moi qui veut croire qu'on peut changer le monde avec des arguments bétons mais j'ai de plus en plus l'impression que très peu de gens sont prêt à douter de leur perception des choses. Ça demande pas mal d'humilité de se dire qu'on peut avoir tor(t-d). Mais j'aime ton positivisme, construisons ensemble un monde meilleur!

Pinocchio a dit…

torT

Anonyme a dit…

lahkj peptides role impede logging bibliogaphy crawl forthcoming cognizant analyzing module
masimundus semikonecolori

Anonyme a dit…

beaucoup appris

Voyance mail a dit…

Excellent site agréable a visualisé Merci pour le travail fait sur ce site

voyance gratuite par mail

Consultation voyance gratuite a dit…

Merci beaucoup pour ce magnifique blog que je trouve d’ailleurs très intéressant avec une belle interface, facile en navigation. Il est vraiment super ! Bravo et bon courage .

voyance gratuite a dit…

Merci beaucoup votre site et vos conseils sont super !

Audrey Maurice a dit…

Vraiment sympa ce site web
vrai voyance gratuite par mail