mercredi 17 septembre 2008

Campagne de peur.

Les campagnes électorales battent leur plein tant au Canada qu'aux United States of America et je trouve ça démoralisant de suivre le tout. Mordu de politique comme je crois l'être, il n'en demeure pas moins que je deviens dangereusement blasé. J'écoute des spots publicitaires sur Youtube et ça me fesse.

Campagne de peur.

On passe 95% du temps à dénigrer le parti opposé, le 5% restant étant pour dire que l'on approuve ce message. Pas de projet (où est le plan vert de Dion Boy?), pas de politique rassembleuse, pas de message positif et porteur. On ne dit pas de voter pour soi, on dit de ne pas voter pour l'autre. Dégueux non?

J'ai peut-être une vision très utopique de tout ça mais j'ai peine à croire que l'on peut se coucher le soir après avoir passé 18 heures à dénigrer quelqu'un et sentir que notre journée a pu servir à l'avancement collectif.

Je pense que nous faisons face à de nombreux défis actuellement, tant au fédéral qu'au provincial. Le taux d'endettement devrait mobiliser les gens. Plusieurs infrastructures sont à refaire, la bureaucratie est à moderniser, la réforme scolaire est à revoir, le système de santé doit être questionné, le Sénat est désuet. Et pourtant, ce sont les demies vérités, la mesquinerie et la démagogie qui règne. Influence Communication nous apprenait que les gens se foutent éperdumment de la campagne. Cynisme généralisé.

Et pourtant, pourtant...

Je pense que de nombreuses choses peuvent être faites. La fin d'une opposition qui s'oppose pour la forme. Une opposition qui propose plutôt que s'oppose. Le sous-entendu collectif que le but en politique devrait être d'aider les gens bien plus que de se faire élire, faire ses 2 mandats et collecter pénardement sa pension à vie. L'instauration de l'axiome du bon sens comme mode de gérance.

Rendre la politique à nouveau alléchante pour l'"élite". Donner le goût à nos meilleurs de s'impliquer, offrir des salaires concurentiels avec le marché privé. Il m'apparaît évident que la classe politique est amputé de nombreux gens intelligents, compétents, sensés, simplement parce qu'implication dans ce milieu est aujourd'hui synonyme de soif de pouvoir, magouilles et autres aux yeux du public. C'est mal vu, pas le goût d'aller là, et cetera, et cetera.

Il faut instaurer un climat d'excellence. Ne pas se comparer à la moyenne mondiale, nord-américaine ou canadienne. Se comparer avec le sommet. Établir le meilleur comme objectif de base. Ayons soif de connaissance, d'amélioration.

Examinons en profondeur les systèmes de santé français, italiens et espagnols. Inspirons nous des systèmes éducationnels finlandais et japonnais. Analysons le modèle sportif australien. Étudions l'approche du privé préconisé par le peuple suèdois. Le savoir est ambient, partout sur la planète, des centaines de nations expérimentent, trébuchent, se relèvent, s'améliorent. Ouvrons nos yeux, la curiosité intelligente est la voie la plus rapide de l'évolution.

Apprenons à faire fi des allégeances, éviter les débats stériles, débattre sans idée indélogeable. Il faut se servir des nouvelles plate-formes pour que surgissent de nouvelles idées. Arrêter d'insulter les gens inutilement. Stopper les dialogues de sourds. L'effervescence économique mondiale est beaucoup trop forte pour que nous restions dans notre marasme. Les opportunités sont trop nombreuses pour s'encrasser dans toutes les petites guéguerres qui règnent. La gauche et la droite ont mutuellement bien plus à s'offrir qu'elles ne semblent le croire.

Ouvrons nous sur le monde, exaltons nous des multiples possibilités qui nous sont offertes collectivement et des choix cruciaux qui doivent être faits. Parlons du futur, du monde que nous souhaitons pour nos enfants, du problème environnemental. C'est de ça dont il devrait être question.

La campagne est bien entamée et pourtant, aucun mot là-dessus...

11 commentaires:

RaChel a dit…

bien dit!

eff a dit…

Oh mon Dieu, cher ami, que t'as raison. Comme tu le dis si bien, c'est une vision utopique des choses, mais c'est ce que ça devrait être, la politique.

Tu pourrais envoyer ce texte aux chefs de partis, juste pour voir, s'ils les prononcent, l'impact que ça aurait.

Je dis ça à la blague, mais quand même... Si jamais le contenu de ton excellent billet sortait de la bouche d'un des chefs de la gang, je me demande si le message serait bien reçu et comment il sera traité par les médias et la population en général.

Reste que c'est pertinent, ton message. Bravo!

Le Tapageur Silencieux a dit…

@rachel: euh.. merci?

@eff: Moi je pense que ce serait bien perçu, quoique probablement avec beaucoup de scepticisme si un chef adoptait ce genre d'attitude. Le problème, c'est sûrement tout l'establishment autour du chef en question, son équipe de campagne et tout, j'ai l'impression que ce serait sortir du cadre "on attaque l'autre" et que l'orgueil est beaucoup trop omniprésente pour accepter que l'autre peut régulièrement avoir raison.

Pinocchio a dit…

J't'ai déjà dit que j'adore te lire? Consider it (re)done.

Une belle vulgarisation qui traite des enjeux politiques prioritaires du moment.

J'ai beau ne pas m'intéresser outre mesure à la politique, ce billet est un véritable bonbon qui fait mouche de par sa pertinence et sa concision.

Onirique a dit…

excellent! je dis aussi que tu devrais l'envoyer aux chefs de parti, juste histoire de voir le feed-back que tu aurais la dessus...
une carrière en politique, tu y songes? :)

Anonyme a dit…

http://www.scandalpedia.ca/Home_fr.html

Le Tapageur Silencieux a dit…

@pinocchio: Tabarnouche, merci des beaux mots. Mets-en pas trop, je vais finir par te croire.

@onirique: J'y pensais plus jeune mais de plus en plus je suis blasé et je deviens désintéressé, je trouve ça triste.

Le Tapageur Silencieux a dit…

@anonyme: En plein le genre de truc non constructif que je déplore.

P'tit homme a dit…

Je ne sais tellement pas pour qui je vais voter: comme tu dis, aucune vision, tout ce que les politiciens veulent, c'est nous faire croire que le voisin est un crotté. Jusqu'au moment où ils sont élus... Là, par exemple, les électeurs ne sont plus dans leurs priorités... sauf un mois avant le début de la prochaine campagne.

L'Ours qui a vu l'Homme a dit…

Oui.

Maintenant, cynisme:

www.johnmccainforuspresident.com

http://www.scandalpedia.ca/Scandals.html

voyante a dit…

Tu touches un point sensible là en effet je pense aussi que c’est un manque de confiance en moi.