dimanche 20 juillet 2008

Ma vie, ce canal payant auquel je ne suis plus abonné

Après plusieurs mois de tergiversations, de doutes, de questionnements pis toutes ces mots de gars pas sûr là, j'ai finalement décidé au début de juillet de me faire opérer les yeux au laser. Souffrant de légère myopie, je souhaitais me défaire de mes lunettes qui, tel Yves Jacques, était constant agacement dans ma vie de part leurs omniprésences. J'ai donc pris rendez-vous dans une clinique près de chez moi où on eut tôt fait de m'ausculter la vue et me déclarer candidat idéal à ladite chirurgie et candidat idéal pour délier les cordons de ma frêle bourse et fournir la quantité considérable de deniers nécessaire pour me départir de mes verres. Motivé comme une famille de 12 cocaïnomanes brésiliens aux cheveux blitchés descendus en Québec 3 jours à l'avance pour voir Paul McCartney, je m'empresse d'obtempérer et rapidement une date est scédulée pour l'opération.

Après avoir obtenu une semaine de congé au Royaume du Pain, la voie semblait pavée pour un total succès. Je me présente donc vendredi dernier à la clinique. On m'examine une fois de plus la vue et rapidement, je suis envoyé vers le bloc opératoire où on me coiffe d'un bleu bonnet et où on me gèle les yeux continuellement pendant 15 minutes. Après cet intense solo de goutte exécuté par une assistante chirurgienne qui me semble possédée d'une fébrilité intense, je pénètre finalement dans la salle d'opération.

Immédiatement, je réalise que les vieux moyens utilisés par old buddy J.C. tels que boue dans l'oeil, "Lèves toi et vois" et implorer el Père sont désormais caduques lorsque vient aujourd'hui le temps de redonner la vue. On m'allonge et m'installe la tête sous l'appareil laser, je subis un dernier solo de gouttes, le chirurgien se fait rassurant, m'explique tout au fur et à mesure et on débute.

Commençant par l'oeil droit, le spécialiste m'obstrue le gauche puis s'assure, à l'aide de divers outils (pince, tape, marteau, feuillet de l'Oratoire St-Joseph), que le tout demeure immobile. Une fois les choses en place, il coupe une lamelle dans mon oeil. Je vois passer la lame que je sens froide, ma vision est nulle, que du noir, puis je vois à nouveau pour voir passer un bout de peau d'oeil devant ma cornée. Je subis ensuite un 25 secondes de bombardement laser en règle, je revois passer le bout de peau, il me passe un pinceau dans l'oeil puis on recommence pour l'autre oeil. Après quoi on m'envoie patienter 45 minutes sur un fauteuil avec d'opaque lunettes de soleil sur les yeux. Pas pire pour un gars qui ne voulait plus de lunette...

Le chirurgien me fait revenir en salle, il m'observe brièvement lex yeux et m'explique qu'il a dû me mettre des verres de contact puisque lors du procédé, la membrane épidermique de mes yeux s'est détachée pour former des plis comme un tapis dans lequel on se serait enfargé. Résultat, l'utra-sensibilité de mes yeux rendraient la guérison très lente et accompagné d'incommodant verre pour assurer que la surface se cicatrise de façon lisse. Hell fuck.

Je retourne donc chez moi où je passe ensuite des heures d'enfer durant lesquels mes yeux sont plus chaud que Normand Brathwaite à Belle et Bum. Incapable de regarder la télévision ou de lire, j'entre dans un stade de débauche totale où je grogne lentement en me sentant avili par les évènements. Je dors de façon aussi intermittente que le ton de voix d'un jeune pubère, je me sens ma figure aussi fraiche qu'un cul de ouananiche (je me sentais le besoin d'user de cette comparaison).

Je retourne sur place le lendemain, alors que les opérés de la veille festoient grandement verre de porto à la main en gambadant à folle hauteur en se faisait des high five, je rumine dans mon coin en ayant de la difficulté à voir. On m'observe et me demande d'être patient, la guérison pourrait prendre plusieurs semaines.

Nous sommes aujourd'hui lundi, après 2 autres rendez-vous à la clinique, ma condition est plutôt stable. Aujourd'hui, mon oeil gauche m'offre une vision floue comme l'opinion politique de Guy Bertrand tandis que mon droit est aussi clair que celles de Jean-Marie Lepen. J'ai donc une vision globale du genre André Boisclair. Je vois difficilement ce que j'écris (avouez que vous n'y aviez vu que du feu?). Espèrons que demain sera mieux!

11 commentaires:

angie22 a dit…

aaaaah j'pense que tu aurais pu skipper certains détails... j'ai l'estomac fragile face à ce genre de choses.... ish.....

mais sinon, je compatis, j'espère que ça va guérir vite!!!

angie22 a dit…

question... dans le titre, est-ce qu'il faut remplacer le mot "vie" par "vue"???

Le Tapageur Silencieux a dit…

@angie: Je voulais bien dire vie quoique vue serait aussi à propos.

Moi a dit…

J'espère que tu va devenir aveugle hahahahahahahahahahahahahha

Le Tapageur Silencieux a dit…

@moi: Mmmmk?

Pinocchio a dit…

Une fois que tu seras mieux qu'un neuf, tu nous referas un exposé sur ta condition et ta fierté d'avoir osé. Je serais intéressé par une telle opération un jour... en espérant qu'elle se déroule juste mieux que la tienne.

L'Ours qui a vu l'Homme a dit…

Je suis également en train de tenter de ditcher mes lunettes, par des verres de contact dans mon cas. C'est pas le grand confort mais avec une correction contre l'astigmatisme c'est aussi clair que des lunettes.

Reste à me faire piquer pour les allergies et ca devrait être aussi confortable que les lunettes, sans le frame qui pend et tombe au rythme que la sueur dégoute de mon visage.

Ca devrait être intéressant à copmparer, dans quelques mois, avec un peu de recul.

eff a dit…

Oufff...

Le genre de choses qui te font voir l'opération d'un autre oeil...

KattyKane a dit…

C'est la première fois qu'on me raconte une chirurgie oculaire au laser... fascinant! Tu a une façon délicieuse de le dire en plus!!!

Attention mesdames, le Tapageur is in the house!!!

;)

dean a dit…

My god, ça me fait brailler des histoires queneuilles.
Prompt rétablissement mec.

voyance gratuitement par mail a dit…

Merci pour cet article qui m’a fait découvrir votre site très intéressant. Au plaisir de vous lire à nouveau.