dimanche 20 janvier 2008

Le gars qui se plaint sans raison

Je suis un solitaire souffrant de solitude. Navrant? Un peu. Paradoxal? Certainement. Souvent, je me retrouve entouré d’amis, rêvant d’une solitude, accaparé d’une sorte de mal de vivre, d’un inconfort, d’un malaise. Et puis, parfois, je décide de rester seul chez moi. J’ouvre un bouquin, Poker Stars, je télécharge un film. Les minutes s’écoulent, rien ne se passe et le cours de ma vie, suspendu et même encrassé dans le temps, fait sempiternellement du surplace.

De quoi je me plains? Rien du tout. C’est sans doute là le cœur du problème. Je pense que j’ai perdu quelque part en cours de route ma partie du cerveau servant à être heureux, saisir son bonheur. Le pire là-dedans, c’est que je ne sais pas quand je l’ai perdu, cette partie du cerveau. Dernièrement, Yvon Deschamps parlait à tout le monde en parle (ils ont retiré le vidéo de Youtube, j’aurais aimé le mettre) de son incapacité à être heureux malgré tout ce qu’il a. Il s’émerveillait de la capacité que certains ont à être heureux. Je suis un peu comme lui, du moins je le comprends.

Mettez un mélange de misanthropie et d’altruisme pour obtenir une mixture de masochisme, ajoutez 2 pincées de maniaco-dépression, saupoudrez le tout de négativisme et mélangez avec excessivité. 20 minutes au four à 350 et vous obtiendrez un Tapageur. Effarant mélange dites-vous? Je le pense aussi. Pourtant la recette aurait pu être bien différente. C’est qu’on a retiré la tasse de naïveté il y a quelques années, la livraison de passion se fait toujours attendre et il y a beaucoup d’amertume en stock.

J’ai de la difficulté à ressentir de l’excitation, tout me semble drabe et morne. J’essaie de changer ça, je me trouve dégueulasse d’être aussi négatif alors qu’au fond, la vie est franchement belle. Ce n’est pas normal à mon âge d’être désillusionné enfin, je pense. Vous avez des trucs pour sourire plus facilement à la vie?


(Désolé de ce billet de plaignard en ce dimanche après-midi splendide haha)

11 commentaires:

Redrum a dit…

Moi je dis que c'est juste parce que tu es laid.

Le Tapageur Silencieux a dit…

Redrum, tu marques un bon point. J'avais également soupçonné mon petit pénis ainsi que mon intelligence inférieur mais tu es sant doute vraiment sur le bon point. Bienvenue sur ce blogue!

Amélie a dit…

mmm...la question à 100$.

peut-être est-ce qu'être heureux, c'est une attitude et non une réaction plus ou moins forte à quelque chose de positif. Cette disposition d'esprit fait que certaines personnes ont de la facilité à tirer le meilleur du pire, et d'autre à chercher le pire dans le meilleur ?

Babs a dit…

Il est très difficile pour quelqu'un de pessimiste de voir le côté positif des choses. Je le sais car je l'ai été longtemps.

Qu'est-ce qui a changé? Mon envie de ne plus vivre avec ce malaise constant à l'intérieur de moi. Ce malaise qui m'empêchait d'être heureuse peut importe où j'étais et les changements que je faisais dans la vie.

Comment ai-je fait? par la thérapie avec l'aide d'un psycholoqgue et par un cheminement personnel (beaucoup de lecture) qui m'a permis de développper une foi en ce que je suis et à savoir ce que je veux et tout faire pour l'obtenir. Apprendre à aimer ce que j'ai au départ. Ainsi, j'ai appris que le bonheur global vient de l'addition de plusieurs petits bonheurs.

Ahh que j'ai l'air freak quand je me relis. :P

Snap ! a dit…

Sincèrement, je crois pas que le tapageur voudrait aller voir un psy, sa serait dur en maudine pour son orgeuil. :p

B3tty a dit…

Les moments rares où je me sens comme tu le décris, c'est lorsque je me conscentre trop sur moi-même et mes problèmes.

J'essaye alors de m'intéresser au monde qui m'entoure, de trouver des petits bonheurs au quotidien. Et surtout de RIRE! Rire de n'importe quoi!!

C'est une question de volonté aussi, seulement se dire lorqu'on se réveille: je vais passé une sacrée belle journée! C'est déjà ça. ;)

Pascal a dit…

C'est drôle parce que j'ai une amie qui décris sa vie exactement comme la tienne. Peut-être devrions nous vous organiser un "blind date". Comme ça vous verriez la vie en rose... ;)

Le Tapageur Silencieux a dit…

@amélie: C'est bien vraie. Il faudrait que je développe cette attitude. Je suis quand même récalcitrant car je trouve que trop souvent, la ligne est mince entre être heureux et niais. Je vais tâcher de doser au mieux de mon possible.

@babs: C'est tout à ton honneur d'avoir su changer d'attitude. Peut-être que dans un avenir rapproché, je serai game de lire un livre de cheminement personnel, quelque chose à proposer?

@snap: t'as bien raison!

@b3tty: merci de tes bons conseils. Je vais tâcher de m'ouvrir un peu plus afin de voir tout ce qui est à ma portée et de me lever le matin tout fringant.

@pascal: qui sait haha, on dit en math que 2 négatifs donnent un positif!

pascal a dit…

Maintenant que tu l'as écrit, ça défoule un peu non :-)

Saperlipopette a dit…

Impression de me lire moi-même. Souvent cette sensation d'avoir "trop" de recul?

Tu as deux grands choix:
-Tu es toujours neutre... gris. Les choses "négatives" ne te touchent pas vraiment. Les choses "positives" non plus. Tu gardes toujours la tête froide, la répartie est ton amie. Tu jalouses ceux qui tombent sans cesse en amour, qui s'émerveillent à un rien. Mais quand tu les vois pleurer, déprimer, dépiter.. tu te consoles.

-Tout est blanc ou noir. Tu vis à fond tout ce qui t'est proposé. Tu aimes, tu hais. Ces personnes me semblent souvent tout droit sortis d'une comédie tellement ils agissent théâtralement. Mais je les envie.

La tasse de naïveté, c'est ça qu'il te manque... ne cherche plus, philosophe. Le plaisir semble superficiel? qu'est-ce qui ne l'est pas..?

N'empêche que tu sais avoir du plaisir, tu as appris à ne pas en demander tant que ça à la vie. Entoure toi d'amis qui s'excitent à ta place, c'est pratique. Un jour tu tomberas sur des gens comme toi et, avec le temps, ce sera thérapeutique.

Je nous souhaite bonne chance!

voyance email amour a dit…

Je viens de découvrir votre blog aujourd’hui et je pense que je vais passer plusieurs jours dessus.