dimanche 9 décembre 2007

La Folle

Parce qu'il y a du monde qui n'ont visiblement pas de vie...

Le bloggeur achève sa run de publi-sac et se rend à la maison de la sympathique dame désormais connu sous le doux patronyme de criss de folle dame étrange. Comme toujours, la sociable criss de folle dame étrange est dehors depuis que j'ai tourné le coin de la rue et attend impatiemment son publi-sac. Il faut spécifier qu'elle avait déjà eu des démêlés avec mon paternel, je ne la portais définitivement pas dans mon coeur. À mon arrivée, avec son caliss d'air de boeuf souriante comme à l'habitude, elle y va d'un petit commentaire:

Madame: En tout cas, avant il arrivait plus tôt...
Moi: Dommage, vous devez désormais attendre 2 heures de plus pour voir si la sauce tomate est en spécial...
(J'admets ici que ma réponse n'était pas celle ayant le plus de tact mais voilà, on m'avait averti que cette femme était excessive et cherchait l'affrontement, je faisais en sorte qu'elle le trouve)
Madame: Messemble que tu pourrais me l'apporter plus tôt, tu restes juste à côté...
Moi: Non, je ressens pas le besoin de faire un spécial pour apporter à quelqu'un de la publicité plus tôt. Réalisez vous que vous attendez avec impatience de recevoir des papiers contenant rien d'autre que de la pub?
Madame: Tu te trouves ben fin toi hein? J'va me plaindre, tu donnes un service de marde.
Moi: Ce n'est pas un service. Vous n'avez pas payé une CALISS de cenne pour ça, je vous dois rien. Déjà que je vous en donne 2, vous devriez être ben contente...
Madame: Espèce de petit arrogant! (La madame feint de vouloir me frapper avec sa pelle)
C'est à ce moment que je décidai de quitter les lieux, mon travail étant accompli. Je me devais quand même de terminer avec une remarque de finesse, une pointe lancée avec réparti, un dernier assaut oratoire sans équivoque.
Moi: Criss de frustré, votre clôture peinturée mauve est laite en esti...

À suivre...

3 commentaires:

mclovin a dit…

"Criss de frusté, votre clôture peinturée mauve est laite en esti", moi j'aime ça de la finesse comme ça. Un vrai futur politicien!

plotte a dit…

Flacon de gin à la main et cigarette indienne de contrebande aux babines me seraient nécessaires si j'avais à subvenir à mes besoins primaires en passant les publi-sacs...

Continuez de l'effronter cette vielle chipie!

SamChat a dit…

Je me propose pour aller porter moi-même le prochain publi-sac à cette gente dame, prétextant que "Publi-Sac" a engager une minorité visible afin de faire la "sale besogne".

Evidemment j'ajouterai avant de partir: "Hummm... votre clôture... vous devriez songer à repeinturer."